Équipe équestre

Mission

En 2017, la Sûreté du Québec s’est dotée d’une équipe équestre dans le but d’accroître son rayonnement sur le plan communautaire. Cette équipe se déploie sur l’ensemble du territoire du Québec dans l’optique de « donner au suivant ». Elle se déplace tant pour assurer la sécurité publique et favoriser un rapprochement avec la communauté lors d’événements que pour accompagner les clientèles plus vulnérables.

L’approche communautaire fait partie intégrante de la mission de la Sûreté du Québec. Elle contribue notamment à créer des milieux de vie sécuritaires, à prévenir le crime et, surtout, à rapprocher l’organisation de tous les citoyens. Le recours au cheval s’inscrit dans cette orientation. Il s’agit d’une façon différente d’entrer en contact avec des publics diversifiés et de perpétuer la volonté de la Sûreté du Québec de s’engager auprès des communautés qu’elle sert. La présence de chevaux miniatures lors d’événements permet à l’organisation d’atteindre tout autant le grand public que les groupes vulnérables, tels que les enfants malades, les personnes handicapées et les personnes âgées, en favorisant un contact positif.

L’équipe

L’équipe est composée de policiers-cavaliers et d’accompagnateurs policiers et civils. À l’instar de certaines patrouilles communautaires, les activités équestres sont réalisées bénévolement.

Au printemps 2018, l’équipe équine de la Sûreté du Québec était constituée de six chevaux canadiens et de quatre chevaux miniatures.

Activités

Calendrier des activités de l’équipe équestre pour l’année 2018

L’équipe équestre participe à trois types d’activités, soit des activités philanthropiques, des événements protocolaires et des patrouilles communautaires.

Les activités philanthropiques rassemblent les événements qui s’inscrivent dans la philosophie de « donner au suivant ». Dans chacune de ces missions, des bénévoles policiers et civils de la Sûreté du Québec donnent de leur temps afin de favoriser le rapprochement avec la communauté et d’aider les personnes plus vulnérables. Ces activités ont lieu lors d’événements sociocommunautaires organisés par les villes et villages ou par un organisme à but non lucratif, ou encore lors d’événements à caractère familial, social et culturel, comme les foires agricoles, les fêtes de village et les festivals. De plus, par l’entremise de la Fondation communautaire de la Sûreté du Québec, l’équipe équestre amasse des fonds au profit d’organismes locaux.

L’équipe équestre participe aussi à des activités protocolaires. Vous pouvez voir les chevaux canadiens et leurs cavaliers défiler lors des sorties de la garde d’honneur, mais également lors de divers festivals. Par exemple, ils prennent part au défilé du Festival Western de Saint-Tite.

Les policiers-cavaliers effectuent aussi des patrouilles communautaires sur le territoire des MRC, en ville, sur les sentiers et dans les parcs. Ils accomplissent la même mission que celle de tout autre patrouilleur communautaire, soit de maintenir la paix et l’ordre public, de préserver la vie, la sécurité et les droits fondamentaux des personnes ainsi que de protéger les biens de celles-ci.

Le cheval canadien

Les origines du cheval canadien remontent à plus de 350 ans alors que le roi Louis XIV a fait parvenir à la noblesse de Nouvelle-France, entre 1665 et 1671, des contingents de chevaux par la voie maritime. Le cheval a alors joué un rôle important dans la vie des colons et de leur descendance, particulièrement dans le domaine de l’agriculture.

L’absence de croisement avec d’autres races et la multiplication considérable du cheval sur le territoire en a fait une race unique. Ses qualités lui ont permis de traverser les époques, y compris celle du Régime anglais, et d’en surmonter les épreuves. Le cheval canadien est très polyvalent, résistant, fort, endurant et, surtout, d’un tempérament calme, ce qui fait de lui non seulement un survivant, mais aussi un partenaire idéal pour les forces policières.

En plus d’être nommé la race chevaline « nationale » du Canada, le cheval canadien fait partie du « patrimoine agricole » du Québec, un héritage à protéger.